tfionline Sign in

mai 25, 2017

Le Fils unique de Dieu

 [The Unique Son of God]

Par David Brandt Berg

En commençant au verset 6 du second Psaume, nous lisons : « C’est Moi qui ai établi mon roi sur Sion, ma montagne sainte ! Je veux proclamer le décret de l’Eternel. Il m’a dit : ‘Tu es mon fils, Je T’ai engendré aujourd’hui !’ »

Dans ce passage c’est Dieu qui prononce ces paroles, « Tu es mon Fils », et il est clair qu’Il s’adresse à Jésus. Dans certaines Bibles, la première lettre du mot fils est mise en majuscule pour montrer que les traducteurs pensaient qu’il s’agit de Jésus. « Je T’ai engendré aujourd’hui. » En Jean 3.16, Jésus est appelé le Fils unique de Dieu. « Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en Lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle. » Il est le Fils unique dans le sens qu’Il a été engendré dans un corps d’homme.

Tous les chrétiens sont des enfants de Dieu qui aiment Jésus, qui croient en Lui et sont nés de nouveau ; d’ailleurs, de nombreuses références l’indiquent, à la fois dans l’Ancien Testament et dans le Nouveau. En fait, quand les scribes et les pharisiens accusèrent Jésus de proférer un blasphème parce qu’Il s’appelait Fils de Dieu, Il leur cita un passage des psaumes dans lequel le roi David disait : « Vous êtes des dieux, oui, vous tous, vous êtes des fils du Très-Haut ! »—pour leur prouver qu’il était parfaitement légitime pour quelqu’un qui était lié au Seigneur de s’appeler fils de Dieu ; et que, par conséquent, ils n’avaient aucun droit de L’accuser de blasphème.[1]

Mais Jésus était le Fils de Dieu d’une manière tout à fait particulière et unique. C’est également évoqué dans le Nouveau Testament : « Au commencement était Celui qui est la Parole de Dieu. Il était avec Dieu, Il était Lui-même Dieu. Tout a été créé par Lui ; rien de ce qui a été créé n’a été créé sans Lui. En Lui résidait la vie, et cette vie était la lumière des hommes. »[2]

Donc, Jésus était là, avec Dieu, au commencement—« au commencement. » Nous avons les mêmes mots, « Au commencement » en Genèse 1.1: « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. » Et comme Dieu n’a pas eu de commencement, il ne peut pas s’agir du commencement de Dieu. Le seul commencement dont il est question ici, et le seul commencement qu’il y ait jamais eu, était le début de la création par Dieu. Et Jean 1.1 nous dit : « Au commencement était Celui qui est la Parole de Dieu. » Jésus était là au commencement. Dès le début, Il était donc là, prenant une part active à la création. « Tout a été créé par Lui ; rien de ce qui a été créé n’a été créé sans Lui. »

Dans le premier chapitre du livre de l’Apocalypse, nous lisons au verset huit: « Moi Je suis l’Alpha et l’Oméga, Celui qui est, qui était et qui vient. » Au début du chapitre, nous apprenons que ce livre est la révélation de Jésus-Christ, donc c’est bien Jésus qui prononce ces paroles. Au verset 14 du troisième chapitre de l’Apocalypse, Il dit : « Voici ce que dit l'Amen »—autrement dit, le « ainsi soit-il »—« le témoin fidèle et véritable. » C’est Jésus en personne qui parle et Il se désigne Lui-même comme un témoin fidèle et véritable.

Les chrétiens qui adhèrent au concept de « Seulement Jésus » ont tendance à identifier Jésus non seulement au Fils mais aussi au Père. Ils donnent une interprétation extrême de ce qu’ils appellent « l’unicité de Dieu », à tel point qu’ils font de Jésus son propre Père et qu’ils ne font pas de distinction entre les différentes personnalités de Dieu. Mais là, au verset 14 du chapitre trois de l’Apocalypse, Jésus dit de Lui-même qu’Il est « le témoin digne de foi et véridique, Celui qui a présidé à toute la création de Dieu. » Autrement dit, c’est Lui qui a commencé la création de Dieu.

Qui d’autre était là, au tout début de la création? Le Saint-Esprit était là. « La terre était alors informe et vide. Les ténèbres couvraient l’abîme, et l’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. »[3] L’Esprit de Dieu a, comme Dieu, toujours existé. Chaque fois que la Bible parle du Saint-Esprit, il y a une unité avec Dieu, et pourtant, l’Esprit de Dieu est une personnalité distincte.

Alors pourquoi insiste-t-Il sur « le commencement et la fin » ? L’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin, au commencement ; et en Apocalypse, Il parle beaucoup de la fin. Pour que quelque chose ait un commencement et une fin, il faut qu’elle existe dans la dimension du temps. « Au commencement », il n’y a pas eu seulement le commencement du ciel et de la terre, mais il y a eu aussi le commencement du temps. Et le temps aura, lui aussi, une fin.

Le temps a été créé par Dieu et fait partie de la création. « Au commencement. » Le temps a été créé avant tout le reste, parce que Dieu devait créer le temps pour que le monde matériel puisse exister. Einstein a expliqué que, pour exister, les choses doivent avoir les trois dimensions de l’espace—la longueur, la largeur, la hauteur, qui définissent le volume—mais qu’en plus, pour pouvoir exister il leur faut une quatrième dimension, le temps. Donc, pour que la création physique puisse exister, il lui faut un commencement et du temps, et il faut aussi qu’elle ait une fin.

Donc, Jésus est le commencement de la création ; Il en est la fin et Il amènera la fin, mais Il continuera avec nous pour l’éternité. Il va amener la fin du temps et de ce monde temporel pour nous faire entrer dans son royaume éternel.

Au Psaume 2, nous lisons : « Demande-Moi : Que veux-tu ? Je te donne en patrimoine tous les peuples de la terre ; et le monde, jusqu’en ses confins lointains, sera ta propriété. »[4] Quel genre d’héritage aimeriez-vous recevoir? Dix millions de dollars ? Qu’est-ce que c’est un million de dollars ? De toute façon, les dollars n’auront plus aucune valeur à ce moment-là.

L’héritage de Jésus, ce sont les âmes sauvées. Tous les gens qui ne sont pas sauvés, les peuples de la terre dont il est question dans ce verset, que le Nouveau Testament appelle les nations—voilà les trésors que nous sommes appelés à amasser au ciel : des âmes qui vivront éternellement. Les seules choses que vous pourrez emmener avec vous au ciel,  ce sont vos enfants et les âmes que vous aurez gagnées. « Les hommes qui auront eu de la sagesse resplendiront alors comme le firmament, ceux qui auront amené un grand nombre à être justes brilleront comme les étoiles, à toujours et à jamais. »[5]

Première publication en avril 1982. Adapté et réédité le 15 mai 2017. Traduit de l’anglais par Bruno et Françoise Corticelli



[1] Jean 10.34–36; Psaume 82.6.

[2] Jean 1.1, 3–4.

[3] Genèse 1.2.

[4] Verset 8.

[5] Daniel 12.3.