tfionline Sign in

juin 21, 2022

Prier sans relâche

  [Importunity in Prayer]

Virginia Brandt Berg

Quelqu’un m’a écrit pour me dire qu’il ne trouvait les mots « la prière change le cours des choses » nulle part dans la Bible, et pourtant nous le disons très souvent. Ce n’est peut-être pas dans la Bible, mais c’est certainement conforme aux écritures ! La Parole de Dieu l’enseigne et cela exprime une vérité que nous devrions graver sur la tablette de notre cœur.

Si la prière change le cours des choses, alors nous devrions certainement consacrer plus de temps à la prière ! Il y a d’importants besoins autour de nous, et il y a tant de situations qu’il faudrait corriger. Mais si la prière ne change pas les choses, à quoi bon prier ? Mais nous savons que la prière change le cours des choses. Nous avons vu des choses et des situations changées par la prière !

Que de victoires ont été remportées par ceux qui savent vraiment prier ! Nous pouvons transformer ces situations qui nous inquiètent et nous tiennent en échec. Alors, mettons-y le prix : prions vraiment pour pouvoir entrer en contact avec Dieu.

« C’est bien beau », me direz-vous, « je prie, mais ça ne change rien du tout. » Laissez à Dieu le temps de répondre ! Dans le temps, on disait souvent : « Je vais prier sans relâche. » On entendait beaucoup cette expression ; cela signifie en tout temps, toujours. Il y a un passage de la Parole de Dieu qui exprime cette idée, en Luc 18.

« Pour montrer qu’il est nécessaire de prier constamment, sans jamais se décourager. »[1] C’est ça notre problème. Nous nous décourageons ; nous baissons les bras avant d’avoir obtenu la réponse à nos prières.

Et Jésus dit : « Il y avait dans une ville un juge qui ne révérait pas Dieu et n’avait d’égards pour personne. Il y avait aussi, dans cette même ville, une veuve qui venait constamment le trouver pour lui dire : « Défends mon droit contre mon adversaire. » Pendant longtemps, il refusa. Mais il finit par se dire : « J’ai beau ne pas révérer Dieu et ne pas me préoccuper des hommes, cette veuve m’ennuie ; je vais donc lui donner gain de cause pour qu’elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête. »[2]

Écoutez ce qu’Il dit ensuite :

« Le Seigneur ajouta :—Notez bien comment ce mauvais juge réagit. Alors, pouvez-vous supposer que Dieu ne défendra pas le droit de ceux qu’il a choisis et qui crient à lui jour et nuit, et qu’il tardera à leur venir en aide ? »[3]

Le Seigneur nous dit ici qu’à force d’insister, cette veuve finit par être exaucée. Et d’ajouter : « Si le mauvais juge l’a fait, ne croyez-vous pas Dieu fera justice à ceux qu’il a choisis et qui crient à lui jour et nuit ?

C’était un exemple de l’insistance dont parle la Parole de Dieu. Et voici l’autre passage, au chapitre 11 de Luc :

« Il leur dit encore : « Supposons que l’un de vous ait un ami et qu’il aille le trouver au milieu de la nuit pour lui dire : ‘Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi et je n’ai rien à lui offrir.’ »

« Supposons que, de l’intérieur de sa maison, cet ami lui réponde : ‘Ne m’ennuie pas, la porte est déjà fermée, mes enfants et moi sommes au lit, je ne peux pas me lever pour te donner des pains.’ Je vous le dis, même s’il ne se lève pas pour les lui donner parce que c’est son ami, il se lèvera à cause de son insistance et lui donnera tout ce dont il a besoin. Et moi, je vous dis : Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. »[4]

Rappelez-vous, c’est le Seigneur Jésus-Christ qui parle ici. Je le redirai. Il ne voulait pas donner de pain à son ami alors même que c’était son ami, mais Jésus ajoute : « il se lèvera à cause de son insistance et lui donnera tout ce dont il a besoin. »

« Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira »[5]

Mes chers amis bien-aimés, il ne s’agit pas là de demander quelque chose à Dieu sur un ton hésitant et embarrassé. C’est une demande qui est pleine d’assurance, qui insiste : elle cherche et elle frappe à la porte ! « Car celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et l’on ouvre à celui qui frappe. »[6] C’est le Seigneur Jésus-Christ Lui-même qui parle.

On peut dire que c’est une façon de prier qui insiste jusqu’à ce qu’on soit certain que Dieu nous a exaucés.

Combien de fois dans la Parole de Dieu nous lisons cela ! Je vous ai montré deux merveilleux passages qui vont dans le même sens, et il y en a beaucoup d’autres dans la Parole de Dieu qui vous disent qu’il faut tenir bon.

Vous ne pouvez pas faire une petite prière à la va-vite et ensuite vous plaindre que Dieu ne répond pas. Attendez-vous au Seigneur. Laissez Lui le temps de répondre. Il y a tellement de versets qui nous disent d’attendre que le Seigneur réponde.

Esaïe 25.9 nous dit : « Voyez, c’est notre Dieu en qui nous espérions, il nous a délivrés. Oui, c’est en l’Éternel que nous avons placé notre espérance. Maintenant, jubilons et réjouissons-nous puisqu’il nous a sauvés. » Et Psaume 112.7 nous dit : « Il ne redoute pas les mauvaises nouvelles, son cœur est ferme, plein de confiance dans l’Éternel. »

Le psalmiste ne se contente pas ici de faire une petite prière qu’il va vite oublier et à laquelle il ne s’attend pas à recevoir de réponse. Son cœur est ferme, il fait confiance au Seigneur pour lui répondre. « Son cœur est plein d’assurance », nous dit la Parole de Dieu, « il n’a point de crainte, Il peut regarder en face ses adversaires. »[7] Quel beau verset !

J’adore lire les Psaumes. Je ressens une grande exaltation dans mon âme lorsque David sort de sa période de prière avec cette formidable assurance que Dieu l’a entendu. Il dit : « Dieu m’a exaucé. »[8]

Parfois, lorsque David priait, il était désespéré parce qu’il traversait une terrible épreuve. Mais après avoir ouvert son cœur à Dieu, il disait : « l’Éternel a vu mes larmes. »[9] Et dans un autre passage, il s’écriait : « Voyez : Dieu m’a entendu et il a été attentif à mes supplications. »[10]

Bien-aimés, en êtes-vous arrivés au point où vous avez prié avec une telle insistance, une telle ferveur, que vous avez l’intime assurance que le Seigneur n’a pas rejeté votre prière ? Comme le disait le psalmiste : « Il n’a pas repoussé ma prière, il me conserve son amour. »[11] « Oui, il a entendu ma supplication, il a accueilli ma prière. »[12]

Quand vous priez de cette façon, avec une telle insistance, une telle ferveur, une telle passion, c’est ce que décrit ce passage de la Parole de Dieu : « La prière fervente d’une personne juste a une grande efficacité. »[13] Lorsque vous avez cette détermination-là, et que vous tenez ferme, alors la réponse arrivera de la façon que Dieu jugera être la meilleure.

Il y a de nombreuses façons d’affronter les crises, mais la meilleure façon est de prier pour avoir un accès direct au cœur de Dieu. Tenez bon, mes amis, la victoire est en route. Dieu l’a dit, et Il a promis de vous répondre « Car si nous ne relâchons pas nos efforts, nous récolterons au bon moment. »[14] « N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. »[15]

Que Dieu vous bénisse. Il règne et la prière change le cours des choses.

Adaptation d’une transcription d’une radiodiffusion de Meditation Moments.
Publié sur Anchor le 30 mai 2022. Traduit de l’original par Bruno Corticelli.
Lu par Marcel Minéo.



[1] Luc 18.1 SEM.

[2] Luc 18.2–5 SEM.

[3] Luc 18.6–7 SEM.

[4] Luc 11.5–9 S21.

[5] Luc 11.9 S21.

[6] Luc 11.10 SEM.

[7] Psaume 112.8 PVV.

[8] Psaume 66.19 S21.

[9] Psaume 6.8 SEM.

[10] Psaume 66.19 SEM

[11] Psaume 66.20 SEM.

[12] Psaume 6.10 BFC.

[13] Jacques 5.16 BFC.

[14] Galates 6.9 SEM.

[15] Hébreux 10.35 traduction du grec par Strong.