tfionline Sign in

juin 21, 2022

N’avons-nous pas senti comme un feu dans notre cœur ?

  [Did Not Our Hearts Burn?]

 Une compilation

« Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent... mais, déjà, il avait disparu. Et ils se dirent l’un à l’autre :—N’avons-nous pas senti comme un feu dans notre cœur pendant qu’il nous parlait en chemin et qu’il nous expliquait les Écritures ? »—Luc 24.31–32[1]

 

C’est l’un des épisodes les plus bouleversants de la Bible. Dans les heures qui suivirent la résurrection, deux disciples marchaient sur une route à l’extérieur de Jérusalem. Ils étaient encore sous le choc de la crucifixion. Un étranger s’approcha d’eux et entama une conversation avec eux. Pour des raisons connues de Lui seul, Dieu les empêcha de reconnaître que l’étranger était nul autre que Jésus. Lorsque, finalement, Il leur révéla son identité, alors qu’ils partageaient un repas, il disparut immédiatement. Ils se posèrent alors la question dont la réponse allait de soi : « N’avons-nous pas senti comme un feu dans notre cœur pendant qu’il nous parlait en chemin ? » Bien sûr qu’ils l’avaient senti ! Le Christ ressuscité leur avait parlé et avait marché à côté d’eux.

Je suis submergé par l’émotion chaque fois que je lis ce récit en Luc 24, versets 13 à 35. C’est peut-être parce que j’imagine que c’était moi. Je me dis à quel point j’aurais aimé être là. Me promener avec Jésus, L’entendre me parler, sentir que ce que j’entends vient du ciel sans savoir pourquoi et sans reconnaître que c’est Jésus jusqu’à ce qu’Il parte. Il y aurait de quoi être ébahi au plus haut point. Comment se fait-il que ne nous l’ayons pas reconnu !?

En fait, ce récit nous explique concrètement comment nous devrions vivre notre vie de croyants et nous rappelle que nous devrions avoir l’assurance que Jésus nous parle et marche avec nous tout au long de notre voyage. C’est formidable quand on y pense !

Nous devrions savoir avec certitude que c’est Lui, et savoir ce qu’Il a fait et ce qu’Il nous a enseigné. Nous devrions avoir cette assurance à cause de sa présence, parce que nous savons que sa mission consiste à nous racheter, en raison de ce que nous lisons dans la Parole de Dieu, de ce que nous voyons de son pouvoir et de la façon dont Il travaille dans la vie de notre entourage. Il n’y a aucun doute qu’Il est avec nous à chaque étape du chemin.—Todd Dugard[2]

Nous avions espéré

Les deux disciples sur la route d’Emmaüs passaient une journée particulièrement difficile. Ils faisaient partie de ce fameux groupe, les disciples de Jésus, et ils revenaient de Jérusalem après la crucifixion. C’était terrible. Trois jours plus tard, le bruit avait couru que le corps de Jésus a disparu. Des femmes de leur groupe et certains des apôtres étaient partis voir, et c’était vrai. Qu’est-ce que tout cela pouvait bien signifier ?

Ils étaient tellement absorbés par leur chagrin et leur déception, tellement bouleversés qu’ils ne reconnurent pas Jésus lorsqu’Il se joignit à eux sur la route. Il leur demanda ce qui n’allait pas. « Ils s’arrêtèrent, l’air attristé. » Tout à leur déception et à leur désespoir, ils ne Le regardèrent même pas de près. Ils voulaient simplement Lui dire la raison de leur peine. Ils Lui répondirent : « Nous avions espéré » …

Bien souvent dans la vie, nous sommes tellement absorbés par notre peine que nous ne reconnaissons pas Jésus qui se tient à nos côtés. « Nous avions espéré » ... que notre vie ne serait pas aussi difficile. Au lieu de cela, les personnes qui nous sont chères sont malades, notre mariage n’est pas ce dont nous avions rêvé, et nos enfants nous déçoivent. Nous souffrons d’une addiction ou c’est le cas d’un de nos proches.

Ils Lui racontent leur histoire, et quelque chose en Jésus les attire : sa chaleur humaine, sa compréhension. Il leur parle du Messie qui devait souffrir. Il leur explique que la souffrance fait partie de l’histoire. Il touche leur cœur et ils commencent à voir les Écritures d’un nouvel œil, même s’ils ne font pas vraiment le lien.

Lorsque le moment arrive de se séparer, ils insistent pour qu’Il reste avec eux. ... Lorsqu’ils se retrouvent autour de la table pour le dîner, la salle baigne dans la chaleur et la prière, puis Jésus prend le pain, le bénit et le rompt. Immédiatement, ils se rendent compte que c’est Jésus ! Soudain tout s’explique, et Jésus est là !

Et puis il disparaît. Encore sous le choc, les deux amis se regardent de part et d’autre de la table. « N’avons-nous pas senti comme un feu dans notre cœur pendant qu’il nous parlait en chemin ? » Ils l’avaient senti, mais ils ne L’avaient pas reconnu. Maintenant, les Écritures et la fraction du pain leur reviennent en mémoire ...

Les deux disciples, reconnaissant ce feu dans leur cœur, « se levèrent aussitôt » en dépit du danger de voyager de nuit. Cette fois, ils ne marchèrent probablement pas les yeux baissés, mais coururent, en riant et en s’étreignant sur la route lorsqu’ils comprirent ce qui s’était passé. Maintenant ils allaient répandre la bonne nouvelle. ...

Jésus s’est éclipsé de la table d’Emmaüs mais il est resté avec les disciples comme un feu dans leur cœur. Et Il demeure présent avec nous. ... Si nous Lui ouvrons notre cœur et que nous sentons le feu brûler en nous, nous devenons des disciples, courant joyeusement propager la bonne nouvelle de son amour et de sa miséricorde.—Creighton’s Online Ministries[3]

L’ouverture des Écritures

Avant la résurrection, les disciples n’avaient pas bien compris ce que Jésus leur avait révélé sur sa mort et sa résurrection. Mais après sa résurrection, durant les quarante jours qui précédèrent son ascension au ciel, Il leur expliqua les Écritures, et c’est alors qu’ils comprirent.[4]

Alors, commençant par les livres de Moïse et parcourant tous ceux des prophètes, Jésus leur expliqua ce qui se rapportait à lui dans toutes les Écritures. … Et ils se dirent l’un à l’autre : « N’avons-nous pas senti comme un feu dans notre cœur pendant qu’il nous parlait en chemin et qu’il nous expliquait les Écritures ? »[5]

C’est parce qu’ils avaient compris que le salut était accessible à tous grâce à l’incarnation, à la mort et à la résurrection de Jésus, que les apôtres ont prêché le Christ ressuscité tout au long du livre des Actes. C’est pour cela que les auteurs du Nouveau Testament ont parlé dans leurs écrits de l’importance de la résurrection, et qu’ils ont affirmé qu’elle prouvait que Jésus était le Fils de Dieu, que nous sommes nés de nouveau, que nous avons l’assurance de notre salut, et que s’Il n’était pas ressuscité, notre foi serait vaine.

[Jésus] « a été déclaré Fils de Dieu avec puissance lorsque le Saint-Esprit l’a ressuscité des morts. »[6]« Louons Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ! Dans sa grande bonté, il nous a fait naître à une vie nouvelle en relevant Jésus-Christ d’entre les morts. Nous avons ainsi une espérance vivante. »[7]

La résurrection était la preuve que Dieu était entré dans le monde d’une manière entièrement nouvelle, par l’intermédiaire de son Fils incarné. Cinquante jours plus tard, après l’ascension de Jésus, l’Esprit Saint est également entré dans le monde d’une manière toute nouvelle en s’invitant chez les croyants. Ces événements incitèrent les disciples et l’Église primitive à propager cette nouvelle dans tout le monde de leur époque. Ils annoncèrent au monde entier que, grâce à Jésus et à son sacrifice sur la croix, l’humanité pouvait se réconcilier avec Dieu.—Peter Amsterdam

La vérité de Dieu dans notre cœur

Il est d’une importance capitale de souligner que la simple connaissance de ces vérités fondamentales ne suffit pas. Tout comme les deux disciples [sur la route d’Emmaüs] ont ressenti le feu intense de la motivation après ce qu’ils avaient entendu et vécu, nous devons, nous aussi, sentir que la vérité de Dieu brûle dans nos cœurs !

Les enseignements de la Bible et notre relation intime avec notre Créateur doivent être le moteur et la passion qui nous motivent. Cela veut dire que nous devrions agir chaque jour de façon à traduire dans les faits ses priorités spirituelles—c’est-à-dire chercher d’abord le Royaume de Dieu et sa justice.[8]

La question est de savoir si notre cœur est en feu pour Dieu et sa vérité ? Obéissons-nous vraiment à l’injonction de Deutéronome 4.29 qui nous dit : « cherchez l’Éternel votre Dieu … de tout votre cœur et de tout votre être »?

Bien que vous et moi n’ayons pas Jésus-Christ en chair et en os avec nous aujourd’hui, comme c’était le cas pour ses disciples, nous pouvons communiquer directement avec Lui et avec notre Père céleste au moyen de la prière. Et en plus, nous avons Jésus sous forme de la Sainte Bible.[9] Et de la même manière qu’Il a ouvert la compréhension des Écritures aux disciples, Il nous a, à nous aussi, ouvert l’esprit pour que nous puissions pleinement les comprendre...

Les deux disciples sur la route d’Emmaüs ont eu les yeux complètement ouverts au fait que « l’étranger » qui les accompagnait n’était autre que Jésus-Christ et que ses enseignements étaient d’une fiabilité à toute épreuve. Tout au long de notre cheminement chrétien, nous devrions faire nôtres les actes et les paroles enthousiastes de ces disciples après leur prise de conscience mémorable. Avec l’aide et la puissance de Dieu, faisons donc en sorte que notre cœur soit enflammé !—John LaBissoniere[10]

 

Publié sur Anchor le 24 mai 2022. Traduit de l’original par Bruno Corticelli.
Lu par Marcel Minéo. Musique de Michael Piano



[1] SEM.

[2] https://www.harvestbarrie.ca/sermons/did-not-our-hearts-burn-within-us. [Notre cœur ne brûlait-il pas en nous]

[3]  https://onlineministries.creighton.edu/CollaborativeMinistry/Lent/e-Emmaus-Hope.html.[Emmaüs-l’espoir]

[4] Actes 1.3.

[5] Luc 24.27, 32 SEM.

[6] Romains 1.4 SEM.

[7] 1 Pierre 1.3 BFC.

[8] Matthieu 6.33.

[9] Jean 1.1, 14.

[10] https://www.ucg.org/members/united-news/our-hearts-burned-within-us.[Notre cœur brûlait en nous]