tfionline Sign in

avril 5, 2022

Une attitude d’humilité

 [An Attitude of Humility]

 Peter Amsterdam

 « Ainsi, puisque Dieu vous a choisis pour lui appartenir et qu’il vous aime, revêtez-vous d’ardente bonté, de bienveillance, d’humilité, de douceur, de patience. »—Colossiens 3.12[1]

 

Dans l’Antiquité gréco-romaine, l’humilité était considérée comme une faiblesse. La culture de l’honneur et de la honte de l’époque exaltait l’orgueil et l’humilité était indésirable.

Toutefois, Jésus a entièrement redéfini l’humilité. Lui qui était le Fils de Dieu s’est abaissé en devenant humain ; donc si quelqu’un d’aussi glorifié que Lui a pu faire preuve d’humilité, les croyants devraient tout faire pour suivre son exemple. Ses disciples de l’église primitive, en suivant ses enseignements et son exemple, apprirent à considérer l’humilité comme une vertu, une attitude morale essentielle et un trait fondamental du caractère chrétien.

Jésus a prêché l’humilité et Il en était l’incarnation vivante : « À votre avis, qui est le plus grand ? Celui qui est assis à table, ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est assis à table ? Eh bien, moi, au milieu de vous, je suis comme le serviteur. »[2] « Car celui qui s’élève sera abaissé ; et celui qui s’abaisse lui-même sera élevé. »[3]

Les dictionnaires définissent l’humilité de diverses manières, comme par exemple : le contraire de l’orgueil et de l’arrogance, le fait de ne pas se croire meilleur que les autres, l’état d’esprit de quelqu’un qui a conscience de ses insuffisances, de ses faiblesses et est porté à reconnaître ses limites et ses aptitudes en faisant preuve de modestie. La notion chrétienne d’humilité a une dimension plus profonde, du fait qu’elle est fondée sur notre relation avec Dieu. Dans leur livre La transformation du caractère, Brazelton et Leith proposent une définition de l’humilité d’un point de vue chrétien : « L’humilité procède d’une perception exacte de la nature profonde de Dieu et d’une perspective juste de ce que nous sommes par rapport à Lui. »

Et qui sommes-nous pour Dieu ? Nous sommes ses enfants rebelles, brisés, pécheurs, incapables d’être pleinement justes devant Dieu. Pourtant, en dépit du fait que nous sommes abîmés, il nous aime sans réserve. Nous ne méritons pas son amour ; c’est un don de la grâce, un don de sa faveur que nous ne méritions pas. Nous ne pouvons pas exiger qu’Il nous aime puisque nous sommes des pécheurs, mais Il nous aime quand même. Il a envoyé son Fils mourir pour nous en raison de son grand amour pour nous. Cela nous remplit d’humilité de savoir que nous sommes aimés en dépit de nos péchés. Nous savons que nous ne sommes pas dignes de son amour, mais Il nous aime quand même. Cela nous fait nous sentir en sécurité dans notre relation avec notre Créateur. L’amour et l’approbation de Dieu sont le fondement de notre estime personnelle.

Parce que le Seigneur nous aime d’un amour sans réserve, nous pouvons être honnêtes envers Lui et envers nous-mêmes pour ce qui est de nos points forts et de nos faiblesses, car ni les uns ni les autres ne changeront l’amour que Dieu a pour nous. Il ne nous aime pas davantage eu égard à nos talents, et Il ne nous aime pas moins à cause de nos faiblesses. Comme nous savons que Dieu nous agrée, il nous est plus facile d’avoir une image réaliste de nous-mêmes. Nous pouvons être à l’aise avec ce que nous sommes, sans avoir honte de nos faiblesses et sans cacher le fait que nous en avons, ni sans ressentir le besoin d’exagérer nos points forts.  

Comme l’a écrit Randy Frazee : « Un croyant a un sens aigu de sa valeur personnelle et il est sûr de son identité, car il ne ressent plus le besoin d’exalter la chair ou de gonfler son ego. »[4]

Savoir que nous sommes aimés de Dieu peut nous donner une plus grande estime de soi parce que nous nous sentons stables en Dieu et que nous sommes assurés de son amour inconditionnel pour nous. Lorsque nous sommes stables dans l’amour de Dieu, nous reconnaissons qu’il n’y a aucune raison d’essayer de nous élever à ses yeux ou aux yeux des autres.

En tant qu’individus créés à l’image de Dieu et aimés personnellement de Dieu, nous pouvons avoir pleinement confiance en notre valeur personnelle. Nous pouvons franchement reconnaître et admettre nos forces et nos faiblesses, nos talents et nos mauvaises habitudes. Nous devons nous veiller à avoir une image réaliste de nous-mêmes, sans penser que nous sommes ou bien merveilleux, ou bien horribles. Nous ne devons pas nous enfler d’orgueil ni nous considérer comme bons à rien. Ces deux extrêmes—penser que tout le monde est meilleur que nous ou que nous sommes meilleurs que tout le monde—sont trompeurs.

L’humilité se situe entre ces deux extrêmes. Reconnaître que nous avons de la valeur aux yeux de Dieu, qu’Il nous aime, qu’Il nous a créés et qu’Il nous a donné des dons et des talents peut nous aider à ne pas nous rabaisser, tout en évitant de penser que tout tourne autour de nous, que nous sommes meilleurs et plus doués que les autres. Comme l’a dit Rick Warren, « l’humilité, ne consiste pas à se rabaisser, mais à penser moins à soi-même. »[5]

Si nous sommes humbles, nous reconnaitrons que nous sommes des pécheurs comme tout le monde, et par conséquent nous ne penserons pas que nous méritons plus d’amour que les autres ou que nous ne sommes pas responsables de montrer de l’amour aux autres. L’humilité nous garde d’accorder de l’importance au prestige ou à la position sociale, aux caractéristiques physiques ou à la beauté, au succès ou à l’échec, et à bien d’autres préoccupations qui sont liées à l’orgueil et à la tendance à se comparer aux autres.

L’humilité imprègne toute l’Écriture. Nous sommes appelés à nous conduire avec humilité et douceur[6]; par humilité, à considérer les autres comme plus importants que nous-mêmes[7]; à nous revêtir d’humilité ; à nous tenir humblement sous la main puissante de Dieu[8]; à marcher humblement avec notre Dieu[9]; à nous efforcer d’être humbles[10]; et à être humbles.[11]

La Bible fait constamment l’éloge de l’humilité et nous dit que Dieu approuve les humbles. Avant d’être honoré, il faut savoir être humble.[12]; Heureux ceux qui sont humbles, car Dieu leur donnera la terre en héritage.[13]; Dieu accorde sa grâce aux humbles.[14]

Dans son épitre aux Philippiens, Paul a mentionné l’humilité de Jésus : « Ne faites donc rien par esprit de rivalité, ou par un vain désir de vous mettre en avant ; au contraire, par humilité, considérez les autres comme plus importants que vous-mêmes ; et que chacun regarde, non ses propres qualités, mais celles des autres. Tendez à vivre ainsi entre vous, car c’est ce qui convient quand on est uni à Jésus-Christ. »[15] Certaines traductions rendent la dernière phrase par « Que votre attitude soit identique à celle de Jésus-Christ » ou « Comportez-vous entre vous comme on le fait quand on connaît Jésus-Christ. » Être humble, c’est avoir l’attitude, ou l’état d’esprit, du Christ. En nous « revêtant d’humilité et en « rejetant » l’orgueil, nous cherchons à ressembler davantage à Jésus.

Paul poursuit en soulignant que Jésus nous a donné le meilleur exemple de ce qu’est la véritable humilité.

« Tendez à vivre ainsi entre vous, car c’est ce qui convient quand on est uni à Jésus-Christ. Lui qui, dès l’origine, était de condition divine, ne chercha pas à profiter de l’égalité avec Dieu, mais il s’est dépouillé lui-même, et il a pris la condition du serviteur. Il se rendit semblable aux hommes en tous points, et tout en lui montrait qu’il était bien un homme. Il s’abaissa lui-même en devenant obéissant, jusqu’à subir la mort, oui, la mort sur la croix. C’est pourquoi Dieu l’a élevé à la plus haute place et il lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, pour qu’au nom de Jésus tout être s’agenouille dans les cieux, sur la terre et jusque sous la terre, et que chacun déclare : Jésus-Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père. »[16]

Dans ce passage, on nous dit que notre disposition intérieure doit être semblable à celle de Jésus, que notre comportement doit être semblable à celui du Seigneur. De quel comportement s’agissait-il ? Alors que Jésus avait la même nature intrinsèque et les mêmes qualités inhérentes que celles de Dieu, et un statut égal à celui de Dieu, Il a renoncé à tout cela pour prendre la nature d’un serviteur en devenant humain. Alors qu’Il aurait pu prétendre à la puissance et à la gloire, comme le diable le Lui avait proposé lorsqu’il L’avait tenté dans le désert, Jésus a préféré s’abaisser et s’humilier au point d’accepter de mourir d’une mort cruelle et sous la torture, comme un vulgaire criminel pour notre bien.

À cause de ce qu’il a fait, Dieu l’a « hyper-exalté », ce qui est la traduction littérale de ce passage. Lorsqu’on nous dit que Jésus a reçu un nom au-dessus de tout nom, cela signifie qu’Il a reçu le rang et la dignité les plus élevés qui soient. S’incliner et confesser que Jésus-Christ est Seigneur, c’est déclarer qu’Il est le souverain de l’univers.

Durant son ministère, Jésus a accompli de nombreuses œuvres merveilleuses. Il a guéri des malades, chassé des démons, nourri 5 000 personnes en multipliant cinq pains et deux poissons, et Il a marché sur l’eau. Au moment de son arrestation, Il a déclaré qu’Il pourrait demander à son Père d’envoyer douze légions d’anges pour le protéger, pour montrer à quel point sa puissance était grande et son statut élevé. Mais au lieu de cela, Il s’est humilié, Il a vécu dans la soumission à son Père et a refusé la gloire que beaucoup de gens étaient prêts à Lui donner.

Si nous voulons ressembler davantage à Jésus, nous devons nous efforcer de « nous revêtir » d’humilité ; et ce faisant, nous serons bénis par le Seigneur.

« Et vous tous, dans vos relations mutuelles, revêtez-vous d’humilité, car l’Écriture déclare : Dieu s’oppose aux orgueilleux, mais il accorde sa grâce aux humbles. Tenez-vous donc humblement sous la main puissante de Dieu, pour qu’il vous élève au moment qu’il a fixé. »—1 Pierre 5.5–6

 

Première publication : mai 2017. Adapté et réédité le 21 mars 2022. Traduit de l’original par Bruno Corticelli.
Lu par Marcel Minéo.



[1] Sauf indication contraire, tous les versets cites sont tires de la Bible du Semeur (SEM).

[2] Luc 22.27.

[3] Matthieu 23.12.

[4] Randy Frazee, Pensez, agissez et soyez comme Jésus (Grand Rapids: Zondervan, 2014), 217.

[5] Rick Warren, Une vie motive par l’essentiel (Grand Rapids: Zondervan, 2002), 148.

[6] Ephésiens 4.2 S21.

[7] Philippiens 2.3.

[8] 1 Pierre 5.5–6.

[9] Michée 6.8 S21.

[10] Sophonie 2.3.

[11] 1 Pierre 3.8.

[12] Proverbes 15.33.

[13] Matthieu 5.5.

[14] Job 22.29; Jacques 4.6.

[15] Philippiens 2.3–5.

[16] Philippiens 2.5–11.