tfionline Sign in

décembre 11, 2017

Le Saint-Esprit et l’Eglise primitive

 [The Holy Spirit and the Primitive Church]

Par Peter Amsterdam

Dans les récits de l’Ancien Testament, généralement l’Esprit ne restait pas en permanence avec des personnes individuelles. Après la mort de Jésus, et après sa résurrection et son ascension au ciel, cela changea du tout au tout. Le jour de la Pentecôte, le Saint-Esprit entra dans la vie des croyants, et Il demeura avec eux et les remplit de sa puissance.

L’Evangile de Luc explique que Jésus avait annoncé à ses disciples qu’Il leur enverrait ce que son Père avait promis.[1] Dans le livre des Actes, Luc réitère que c’était la promesse de la venue du Saint-Esprit, et qu’ils recevraient sa puissance quand l’Esprit descendrait sur eux.[2]

Cet événement extraordinaire survint dix jours plus tard, pendant la fête juive des semaines, appelée Shavu’ot par les Juifs hébraïques et Pentecôte par les Juifs helléniques (Grecs). On l’appelle la Pentecôte parce qu’elle tombe 50 jours après la Pâque. Shavu’ot célèbre l’époque de l’année où les premiers fruits étaient récoltés et apportés au temple, et commémore également le don de la Torah au Mont Sinaï.

La crucifixion de Jésus eut lieu juste avant la Pâque, et le Saint-Esprit fut déversé 50 jours plus tard, le jour de la Pentecôte. Comme c’était une des principales fêtes juives, c’était l’occasion pour les Juifs et les convertis au judaïsme du monde entier de se retrouver à Jérusalem.

Le livre des Actes rapporte ce qui arriva au cours de cet événement exceptionnel :

Quand le jour de la Pentecôte arriva, les disciples étaient tous rassemblés au même endroit. Tout à coup, un grand bruit survint du ciel : c’était comme si un violent coup de vent s’abattait sur eux et remplissait toute la maison où ils se trouvaient assis. Au même moment, ils virent apparaître des sortes de langues qui ressemblaient à des flammèches. Elles se séparèrent et allèrent se poser sur la tête de chacun d’eux. Aussitôt, ils furent tous remplis du Saint-Esprit et commencèrent à parler dans différentes langues, chacun s’exprimant comme le Saint-Esprit lui donnait de le faire. —Actes 2.1–4

Comme promis, l’Esprit de Dieu fut déversé sur les disciples, et ils reçurent immédiatement sa puissance, ce qui marqua le début de leur mission d’annoncer l’Evangile au monde entier.[3]

Le livre des Actes contient cinq autres mentions de la venue du Saint-Esprit sur les croyants. Certains de ces récits décrivent une onction initiale tandis que d’autres mentionnent un déversement ultérieur sur ceux qui avaient déjà reçu le Saint-Esprit.

Quand Pierre et Jean se rendirent au temple et qu’ils guérirent un paralytique, une grande foule se rassembla et Pierre prêcha, et 5 000 personnes se convertirent. Pierre et Jean furent arrêtés, interrogés, et menacés par le grand prêtre et son beau-père et d’autres dignitaires du temple. Plus tard, ils se réunirent avec d’autres croyants et leur racontèrent ce qui s’était passé, et ces croyants se réjouirent avec eux en prière. Ils étaient en train de prier quand « la terre se mit à trembler sous leurs pieds à l’endroit où ils étaient assemblés. Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et annonçaient la Parole de Dieu avec assurance »[4]

Dans ce passage, nous voyons des croyants qui sont sauvés et qui ont déjà reçu le Saint-Esprit, être à nouveau remplis de l’Esprit, ce qui leur donne une puissance supplémentaire pour continuer à témoigner de leur foi avec une grande assurance.

Une autre fois, l’Esprit fut donné aux croyants après le martyre d’Etienne. A l’époque, les croyants de Jérusalem subissaient une sévère persécution, en particulier de la part de Saül le pharisien, qui devint par la suite l’apôtre Paul. Philippe, un des disciples qui, auparavant, avait été choisi pour être diacre, quitta à ce moment-là Jérusalem pour se rendre en Samarie.[5] Il se mit à prêcher l’Evangile, à chasser les esprits impurs, et à guérir les paralytiques et les boiteux. Il en résulta une grande joie, et nombreux furent les hommes et les femmes qui se firent baptiser.[6]

Les Juifs ne considéraient pas les Samaritains comme des Juifs, parce qu’ils étaient les descendants des dix tribus d’Israël qui avaient été vaincues et déplacées dans d’autres contrées par les Assyriens, 7 siècles plus tôt. Les Assyriens avaient amené d’autres populations pour peupler le pays, et ces gens s’étaient assimilés au reliquat des Juifs restés en Samarie. C’est la raison pour laquelle les Samaritains n’étaient pas considérés comme des Juifs de sang pur. Jusque-là les disciples n’avaient témoigné qu’à d’autres Juifs. Donc, lorsque les apôtres apprirent que des Samaritains devenaient croyants, ils envoyèrent Pierre et Jean évaluer la situation sur place. Durant cette visite, les Samaritains nouvellement sauvés reçurent le Saint-Esprit.[7]

Dans ce cas précis, des non Juifs qui étaient sauvés n’avaient pas encore reçu le Saint-Esprit, mais ils Le reçurent lorsque les apôtres leur imposèrent les mains.

Dans l’exemple suivant, le Saint-Esprit fut donné à Saül, le persécuteur de l’Eglise primitive, après qu’il fut ébloui par une lumière venue du Ciel. Jésus s’adressa à Saül et lui demanda pourquoi il Le persécutait. Saül était devenu aveugle, et il passa trois jours à Damas sur les instructions de Jésus.[8]

Le Seigneur apparut en vision à un disciple nommé Ananias, et lui dit d’aller dans la maison de Judas, située dans la rue droite, où il trouverait Saül. Ananias Lui fit part de son inquiétude car il savait que Saül persécutait les chrétiens, mais le Seigneur lui dit qu’Il avait choisi Saül pour Le servir et pour faire connaître son nom aux nations (Le mot nations désigne les peuples non juifs), aux rois et aux enfants d’Israël. Ananias suivit les instructions du Seigneur.[9]

Dans ce cas-ci, un ennemi des chrétiens est converti, puis il est rempli du Saint-Esprit lorsqu’un disciple lui impose les mains et prie pour lui.[10]

Au chapitre 10 du livre des Actes, versets 1 à 16, on nous dit que Pierre eut trois fois la même vision, dans laquelle il  entendit une voix lui commander : « tue ces bêtes et mange-les. » Pierre proteste, mais la voix lui dit : « Ce que Dieu a déclaré pur, ce n’est pas à toi de le considérer comme impur. »

Immédiatement après ces visions, des hommes—envoyés par Cornelius, un centurion romain qui craignait Dieu—arrivèrent et demandèrent à Pierre de se rendre chez Cornelius. Si un juif entrait dans la maison d’un non-juif, il devenait rituellement impur ; par conséquent, Pierre aurait enfreint la loi en entrant chez Cornelius. Mais grâce à sa vision, Pierre comprit que Dieu lui avait révélé qu’il devait s’y rendre et considérer ce qui était « impur » comme pur. Il alla donc chez Cornelius et partagea la bonne nouvelle que tous les membres de sa maisonnée, qui avaient entendu et accepté le message, pouvaient recevoir Jésus et le Saint-Esprit.

Cornelius et les autres—tous non-juifs—crurent au message que Pierre venait de leur annoncer et ils reçurent donc le don du Saint-Esprit.[11] Dans ce cas précis, des non-juifs reçurent l’Esprit au moment où ils crurent en Jésus.

Le cinquième cas documenté de personnes recevant le Saint-Esprit concerne douze disciples de Jean à Ephèse. Lorsque l’apôtre Paul vint à Ephèse, il rencontra des disciples de Jean-Baptiste. Paul leur demanda s’ils avaient reçu le Saint-Esprit, sur quoi ils répondirent qu’ils n’en avaient jamais entendu parler.

Après avoir entendu cela, ils furent baptisés au nom de Jésus. Et quand Paul leur imposa les mains, ils se mirent à parler dans des langues inconnues et à prophétiser. Il y avait là une douzaine d’hommes en tout. —Actes 19:1–7

Ces récits du livre des Actes décrivent l’Esprit arrivant de diverses façons sur différentes personnes, sur des juifs et des non-juifs, des jeunes et des vieux, des hommes et des femmes, des maîtres et des serviteurs. Il ne fait aucun doute que, parmi le groupe de croyants avec lesquels Pierre and Jean prièrent dans la maison de Cornelius, comme parmi les 120 personnes réunies dans la chambre haute, il y avait des hommes et des femmes, des serviteurs et des personnes de tout âge, comme l’avait prédit le prophète Joël.[12]

Le déversement de l’Esprit de Dieu sur des personnes ordinaires ne se limita pas à l’Eglise primitive. Depuis cette époque, l’Esprit de Dieu a demeuré dans une multitude de croyants à travers les siècles. Alors qu’à l’époque de l’Ancien Testament, l’Esprit n’était présent que chez quelques personnes, depuis le jour de la Pentecôte, l’Esprit a été et continue d’être déversé sur tous les croyants qui reçoivent ainsi la merveilleuse « promesse faite par le Père. »

Première publication: mai 2013. Adapté et réédité le 20 novembre 2017. Traduit de l’anglais par Bruno et Françoise Corticelli.



[1] Luc 24.49.

[2] Actes 1.4–5, 8.

[3] Actes 2.5–11.

 

[4] Actes 4.31.

[5] Actes 6.5.

[6] Actes 8.5-7,12.

[7] Actes 8.14–17.

[8] Actes 9.1–9.

[9] Actes 9.10–16.

[10] Actes 9.17–20.

[11] Actes 10.44–48.

[12] Joël 2.28–29.