tfionline Sign in

juin 11, 2017

La sainteté de Dieu

 [God’s Holiness]

Par Peter Amsterdam

 Dieu a un mode d’existence différent de tous les autres êtres vivants. Lui seul est incréé et infini; tout le reste est créé et fini[1] ; Il est donc différent de toutes les choses créées. Le terme théologique qui désigne cet état est la transcendance de Dieu : cela signifie qu’Il existe au-delà des limites de l’univers matériel et qu’Il n’y est pas assujetti. La transcendance exprime que son essence est d’une catégorie supérieure à la nôtre, ce que l’on peut logiquement attendre d’un créateur par rapport à sa création.[2] Le terme biblique pour exprimer cette différence, l’altérité de Dieu, est « saint ».

 Que signifie la sainteté

 Le mot hébreu qui a été traduit par « saint » et la famille linguistique des mots qui ont la même étymologie évoquent tous la séparation, le sacré, l’altérité, la sainteté. Dire que Dieu est saint c’est dire qu’Il est à part, qu’Il est distinct et totalement différent de tout le reste.

 La sainteté de Dieu, par rapport à son être essentiel, représente tout ce qui en Dieu Le rend différent et plus grand que nous. Elle représente la divinité de Dieu. La sainteté de Dieu est la différence fondamentale entre Dieu et l'homme. Dieu seul est Dieu. Il n'y a personne comme lui. Il est sacré. Il est le Créateur, l'homme est la créature. Il est supérieur à l'homme dans tous les sens et à tous les niveaux. Il est divin.

La sainteté est également considérée comme un attribut moral de Dieu. Moralement, Dieu est parfait, ce qui Le distingue entièrement de l'homme pécheur. Bien que la sainteté de Dieu Le sépare de l'humanité, à la fois dans son essence et moralement, la sainteté est, comme d’autres attributs de Dieu, un attribut que nous pouvons partager, mais dans une moindre mesure.

La sainteté que nous pouvons avoir, soit parce que Dieu nous a séparés et consacrés pour Lui, soit parce que nous agissons d’une façon morale, n'est qu'une ombre de la sainteté de Dieu. La sainteté de Dieu est infiniment supérieure. La différence c’est que nous pouvons faire des actes saints, mais Dieu est la sainteté même.

 La sainteté de Dieu dénote sa majesté suprême, son génie, et le fait qu'Il est exalté au-dessus de toutes les créatures. Dans la vision qu’Ésaïe a eue de Dieu au sixième chapitre du livre d'Ésaïe, il a parlé de la sainteté de Dieu:

 Je vis le Seigneur siégeant sur un trône très élevé. Les pans de son vêtement remplissaient le Temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de Lui ; chacun d’eux avait six ailes : deux ailes pour se couvrir le visage, deux autres pour se voiler le corps, et les deux dernières pour voler. S’adressant l’un à l’autre, ils proclamaient : Saint, saint, saint est le Seigneur des armées célestes. —Esaïe 6.1-3

 Comme vous l'avez probablement remarqué dans ce verset, Dieu est « saint, saint, saint». Le pasteur et conférencier chrétien, Timothy Keller, a expliqué que dans l'Ancien Testament, la magnitude ou le superlatif s’expriment, en hébreu, par la répétition d'un mot.

Ici, Dieu est tellement saint que le mot est répété trois fois. Dieu n'est pas seulement saint, ni même doublement saint. Il est saint, saint, saint. Il est dans une catégorie au-delà de toutes les catégories.[3]

 

La nature incomparable de Dieu

La sainteté de Dieu est infiniment sainte. C'est la sainteté au plus haut degré. C'est superlatif. C’est une sainteté sans égale. Ce n'est pas seulement vrai de la sainteté de Dieu, mais aussi de tous les attributs de Dieu. L'amour de Dieu est l'amour au plus haut degré. Sa sagesse, sa connaissance, son pouvoir – toutes les qualités de Dieu - sont superlatives. Il n'y a rien qui puisse se comparer à cela. Alors que nous, en tant qu'humains, avons une petite mesure de ces qualités, puisque nous sommes faits à l'image de Dieu, les nôtres ne peuvent être comparées à la magnitude ou à l'infinitude des qualités de Dieu. Il est pur amour, pure puissance. Lui seul est saint, saint, saint.  

« Nul ne l’égale. L’Eternel seul est saint, et, à part Lui, il n’y a pas de Dieu, pas de rocher semblable à notre Dieu. »—1 Samuel 2.2

 En plus de la manière dont Dieu est « tout à fait autre » en essence et en être (au sens ontologique), Il est également distinct et séparé dans sa nature éthique et morale. Il transcende tout ce qu'Il a créé dans sa droiture. Dieu est moralement parfait, en caractère et en actes. Il est pur et juste ; Il n'a pas de désirs malsains, ni des motivations, des pensées, des mots ou des actes mauvais. Il est éternellement et immuablement saint.[4] Il a la pureté divine dénuée de toute trace d’impureté. A ce titre, Dieu est entièrement séparé du péché de l'humanité.

 Dans l'Ancien Testament, les Israélites, les prêtres et le peuple, avaient reçu pour instruction de suivre de nombreux rites et cérémonies de purification. Tout ce qui souillait une personne – tout ce qui la rendait impure ou sale, extérieurement ou intérieurement – l’empêchait de s'approcher de Dieu et de sa demeure, le tabernacle ou le temple. C’est ainsi que Dieu leur dit de procéder à ces cérémonies pour se purifier. C'était la démonstration que le Saint était séparé de tout ce qui n'est pas saint.

 Parce que Dieu est l’essence même de la sainteté, Il est séparé de tout mal moral et du péché. Il ne peut pas avoir de communion avec le péché. C'est une offense à sa nature même. La Bible déclare : « Tes yeux sont bien trop purs pour accepter de voir le mal, Tu ne peux supporter la vue de l’affliction. »[5] « Car Tu n’es pas un Dieu qui prenne plaisir à la méchanceté. Le mal n’a pas sa place auprès de Toi. »[6]

 En vertu même de la sainteté intrinsèque de Dieu, Il ne peut supporter le péché ; or, tous les êtres humains pèchent. Toutefois, comme Dieu est aussi suprêmement aimant et miséricordieux, Il a mis au point le plan de la rédemption qui nécessitait l’incarnation de Jésus, sa vie sans péché, et son sacrifice ultime sur la croix pour expier les péchés de l’humanité—tout cela a satisfait la justice et le jugement de Dieu, et a amené la réconciliation de Dieu avec ceux qui reçoivent Jésus. Dieu a fait cela par amour pour nous, qui sommes sa création.

 « Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en Lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle. »—Jean 3.16

 

Première publication : septembre 2011. Extraits réédités, le 22 mai 2017. Traduit de l’anglais par Bruno et Françoise Corticelli.

 



[1] Jack Cottrell, What the Bible Says About God the Creator [Ce que la Bible nous dit du Dieu Créateur] (Eugene: Wipf and Stock Publishers, 1996), 211.

[2] J. I. Packer, Attributes of God, part 2. Lecture 11, Transcendence and Character [Les attributs de Dieu, 2ème partie. Conférence 11, transcendance et caractère.]

[3] Timothy Keller, “The Gospel and Your Self,” [“L’Evangile et votre moi”] Redeemer Presbyterian Church, 2005.

[4] Gordon R. Lewis and Bruce A. Demarest, Integrative Theology, Book 1 [Théologie intégrée, livre 1] (Grand Rapids: Zondervan, 1996), 233.

[5] Habacuc 1.13 BDS.

[6] Psaume 5:4 SEG21.